7- Sublimette, the funky girl.

Comme toute maman ayant accouché d’un enfant né sans vie à 22 semaines, vous avez droit, selon la législation, à vos 16 semaines de congé maternité auquel vous vous accrochez farouchement.

Pas par envie, vous auriez préféré dans l’absolu reprendre le travail et une vie plus ou moins normale.
Mais par principe.
Vous avez eu droit à un vrai et douloureux accouchement, vous avez sorti de votre ventre un vrai bébé.

Et vous avez besoin de temps pour réparer votre corps en bouillie.

Vous vous êtes retranchée chez vos parents, et vous constatez que vous devez vraiment avoir l’air d’aller mal, car les gens vous confient au quotidien des petites missions inhabituelles pour ne pas vous tailler les veines.
Votre maman vous demande de trier toutes les chaussettes, votre papa de trier toutes ses factures depuis janvier 2003, votre grand mère insiste pour que vous appreniez à faire une tarte aux poires.

Vos journées passent dans une torpeur ankylosante.
Vous les consacrez à l’administratif immonde.
Cpam, Caf, mutuelle, mairie,  tous les organismes vous demandent et redemandent des démarches qui vous laissent dans des colères folles.
Envoyer des copies d’acte de naissance, de certificat d’accouchement, les renvoyer, rappeler 6 fois la dame, pleurer au téléphone, rappeler le boulot pour les attestations de salaires…

Bien prouver que vous avez accouché.
Bien prouver que votre enfant est né sans vie.

Vous avez appris à manipuler savamment le Stilnox/Lexomil/alcool, et après plusieurs jours d’essai, vous avez convenu avec vous même que le mieux est un Lexo au réveil, 3 verres de rouges vers 19 h et un Stilnox juste avant de se coucher.
On a tous une béquille…

Répondre aux mails et textos vous demande un effort que vous n’avez pas envie de fournir, sourire vous fait chier, et dire que vous n’êtes pas bien vous emmerde.
Vous n’êtes finalement aimable que pétée.

Vos nuits sont effrayantes de cauchemars plus angoissants les uns que les autres.
Vous abandonnez une jeune fille sans défense à une horde de vampires sanguinaires;
Un bébé tombe dans votre lit et quelques minutes plus tard, sa maman vient vous l’arracher des mains;
Vous êtes dans une ville où tous les gens meurent autour de vous et vous êtes la seule à en réchapper;
Et la spéciale trauma:
Vous accouchez seule et en panique dans des toilettes publiques.
Inutile de payer 80 euros les 15 minutes à votre Docteur des Pieds pour psychanalyser tout ça.

Vous vous refaites sans arrêt le film des derniers jours avant la fin, vous demandant comment vous n’avez rien vu, rien senti, rien compris.
Comment l’ex Père de Votre Enfant a posé sa main sur votre ventre la dernière soirée en vous disant: «Je suis heureux».

Parfois, la douleur est tellement forte, qu’elle vous fait mal physiquement.
Vous auriez envie de vous casser un doigt pour atténuer la souffrance.
Quand vous êtes seule, vous vous octroyez des plages de pleurs assez violentes, et là, vous vous dites qu’il va bien falloir réussir à continuer.
L’essentiel étant que vous croyez en vous, vous savez que des jours plus heureux vous attendent.

En attendant,on ne peut pas dire que vous soyez la gonzesse la plus funky du moment…

0 commentaire à “7- Sublimette, the funky girl.”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



OF radio production |
blagues |
vos anecdoctes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | anna34
| bougerprovoqueundeplacement
| mistersetkaracnaha