• Accueil
  • > 9 - L'étape 3 de Sublimette.

Archives pour la catégorie 9 – L’étape 3 de Sublimette.

9 – L’étape 3 de Sublimette.

Comme toute ex-Future Mère de Famille qui se respecte,vous traversez vaillamment les différentes étapes de la progression du deuil, expliquées dans votre Guide de la Parfaite Femme en Deuil Périnatal.
Vous arrivez à l’étape 3.
Vous avez vidé et loué votre appartement d’ex-Célibataire Parisienne en Escarpins, entassé votre vie dans la cave et dispatché votre nécessaire de survie dans la tanière de l’ex-Père de Votre Enfant.
Ce dernier vous a élégamment fait remarqué, en regardant autour de lui vos petites culottes et cartons de produits de beauté, qu’AVANT il avait un appartement, MAINTENANT, il a une femme.
Notons, ironie du sort, que son appartement, quand bien même est-il un loft moderne avec terrasse, est situé en banlieue. Ce qui fait fi du même coup de vos Principes de Vie n°1 et n°5 .
Vous avez de toute façon depuis quelques semaines mis les voiles au Brésil,chez votre BB Frère (25 ans), fraichement marié à Beautiful Sister, (bombe bresilienne taille 34).
Vous avez tout de suite compris que votre Petite Maman a laissé des consignes strictes à BB Frère pour sa grande soeur : 
Lui aussi vous confie des petites-missions-anti-taillage-de-veines (nettoyer ses caleçons, faire les courses… ), a retiré la javel et les rasoirs des placards, ne vous laisse jamais seule, et vous sors régulièrement.
Donc, si vous résumez, sur les 5 étapes de la progression du deuil périnatal à suivre, vous en avez franchi 3, il ne vous en reste plus que 2.
Vous avez presque l’impression de faire partie des Alcooliques Anonymes.

La première étape : le choc et le déni.
Un soir de février, vous apprenez que votre bébé est mort. 
Vous êtes en état de choc. 
Vous avez  juste  l’impression d’être dans un mauvais rêve, que vous allez vous réveiller,vous refusez de croire ce qui vous arrive. 
Le déni, un mécanisme de défense qui permet de rester en contrôle de la situation.

La deuxième étape : la désorganisation.
La  plus difficile à franchir.
Une fois rentrée chez vous après un accouchement atroce et après une semaine de flottement, vous avez réalisé pleinement le bordel.
Le vide qui vous habite est intolérable et très angoissant. 
Les tâches habituelles du quotidien (faire le plein, réserver un billet de train, manger, se coiffer …) paraissent impossible.
Vous êtes autant affectée psychologiquement (l’impression de devenir folle) que physiquement (le fameux post-partum, vraiment sympa à se coltiner)
Vous ressentez plein d’émotions différentes comme la colère (putain, pourquoi ?) ou la culpabilité (qu’ai-je fait de mal ?) . 
Parfois, vous avez même ressenti le désir d’aller rejoindre votre fille.
Vous avez besoin de parler et de penser à votre bébé, de vous le rappeler, d’être empreint de son souvenir.
Vous ne pouvez pas dormir sans son petit lapin blanc, acheté quelques jours avant de savoir, de regarder les photos des echographies et le petit carton avec ses empreintes de pieds.
Apparemment, vous n’êtes pas folle, cette attitude est saine et est nécessaire, afin de vous aider à cheminer et à apprendre à vous détacher petit à petit de ces souvenirs.

La troisième étape : La réorganisation.
Dés votre arrivée à Sao Paulo, vous avez commencé à être mieux.
Partir au Brésil étant une judicieuse décision, vous aviez besoin d’être seule et de porter des robes (le jean étant réellement boudinant quand on a 10 kilos de grossesse à perdre)
Vous dormez de vraies nuits de 10h,sans cauchemars, vous avez presque l’impression de vous reapproprié votre corps (et votre cerveaux).
La vie reprend son cours tout doucement.
Les périodes de souffrance sont moins fréquentes et moins intenses.
Vous réussissez à penser au bébé sans pleurer et même à passer de longs moments à ne pas y penser.
Vous ressentez tout de même  une certaine culpabilité face à cet « oubli » du bébé. 
Vous attendez donc avec beaucoup d’impatience l’étape 4, la réappropriation (vous allez recommencer à élaborer des projets) suivie de l‘étape 5, la transformation (en gros, la guérison).
Toujours selon votre guide de la parfaite femme en deuil périnatal, vous en avez pour 6 mois minimum à tirer.
Espérons que le temps passe vite …


OF radio production |
blagues |
vos anecdoctes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | anna34
| bougerprovoqueundeplacement
| mistersetkaracnaha